Marie prend pays

Ne passez pas par quatre chemins, choisissez-en mille.

Ne passez pas par quatre chemins, choisissez-en mille.

Dans tous les endroits où je voyage, je m'accorde une immersion complète dans la culture, les coutumes, les attraits et les particularités d'une région afin de la vivre de l'intérieur. De destination en destination, Marie prend pays est l'endroit où je vous partage mes expériences personnelles dans toute leur authenticité.

En prenant chaque pays d'assaut à ma façon, je souhaite vivre mes aventures à 100 % pour vous faire découvrir ses aspects les plus originaux ou méconnus.

Connaître à fond une destination, s'intéresser à ses moindres détails, découvrir les éléments historiques ou culturels qui font d'elle un endroit unique au monde, c'est pour ça que je vous incite vous aussi à prendre pays avec moi!  

Sur les traces d’Apollon

​Lorsqu'on pense à la Grèce, on pense nécessairement aux toits bleus, comme on pense à la tour Eiffel lorsqu'on évoque Paris ou au Colisée quand il s'agit de Rome. Mais il reste une chose à laquelle on devrait penser : ces images emblématiques peuvent tronquer notre perception d'un pays avant de l'avoir visité. 

Exit les clichés!

​Lorsque nous avons quitté Athènes, nous avons été surpris de constater que le nord du pays était très montagneux. Saviez-vous qu'il y a même des stations de ski en Grèce, dont une à Arachova, le mont Parnasse, qui est franchement sympathique?Imaginez notre étonnement lorsque nous nous sommes retrouvés en plein cœur d'un mont Tremblant 2.0 avec la neige et des boutiques de ski. De toute évidence, la Grèce avait plus d'une surprise dans son sac!

Au coeur du village d'Arachova

Vous voyez la télécabine de ski?

De ce périple nous menant à Delphes, c'est la splendeur des paysages donnant sur la mer qui nous a le plus émus. Être au cœur du monde antique, au « nombril du monde », là où Apollon, le dieu des arts, de la musique et de la beauté masculine aurait rendu des oracles, priceless! On s'entend, je ne suis pas une fan finie des roches et de la mythologie grecque, mais il faut visiter Delphes, point final. 

La palme d'or aux Météores

Après un bon petit-déjeuner, nous voilà enfin sur la route, direction les Météores! Il faut savoir que les Météores étaient sur ma liste des principales choses à voir depuis longtemps. Inutile de vous dire que j'avais les attentes dans le tapis. Êtes-vous comme moi? Lorsque vous attendez impatiemment un événement, avez-vous peur d'être déçu? Le décompte était commencé. Sur le GPS, je le voyais, nous approchions. Autour de moi, rien. Et puis tout à coup, après avoir cessé d'espérer, les voilà, elles étaient là, les Météores! La beauté du site est d'autant plus spectaculaire en raison de l'histoire des monastères perchés au sommet. Des lieux empreints de spiritualité et chargés d'histoire… Le bonheur ultime : un arrêt en fin de journée pour y admirer le coucher du soleil avec un verre de vin rosé. Wow. 

J'aime la musique. C'est un fait. Mais c'est encore plus vrai en voyage! Les raisons sont bien simples. Avant d'avoir la chance de visiter un pays, la seule façon de le faire par procuration est de cuisiner la bouffe du pays en écoutant des airs de musique locale. C'est dans cette optique qu'avant mon départ, j'avais cuisiné des marinades souvlaki sur les airs de Zorba le Grec. Si vous êtes en train de m'imaginer complètement folle en dansant dans ma cuisine, eh bien, dites-vous que c'est bien pire que ce que vous pensez… Oups.

Nous avions prédit que notre meilleur « nightlife » aurait été à Athènes. Négatif! Ce fut à Kalambaka, au pied des Météores, que nous avons découvert la nuit sous un autre jour (ou sous une autre nuit!) ;-). Imaginez-vous danser avec des locaux au son de musique traditionnelle grecque jusqu'aux petites heures du matin dans une taverne. J'ai eu ma demande spéciale et appris les pas de danse traditionnelle. En prime, un melon d'eau livré pour (par) ???? les cuisines du restaurant parce que mes nouveaux amis avaient su que c'était mon fruit préféré. MÉMORABLE, tout simplement! Comme trame de fond, toujours le même dilemme : « Va te coucher Marie, t'as une grosse journée demain » et « Je n'ai qu'une vie à vivre! ». Nous avons une longue journée de route demain, le duo gravol et acétaminophène ne viendra pas tout régler! 

Comme prévu, la journée a été un peu longue! Beaucoup de route à faire pour se rendre à Nafplio, là où j'ai laissé mon cœur jadis. Bien qu'il y ait beaucoup de belles choses à faire dans cette ville, nous avons opté pour la location de vélos pour longer la côte pour enfin se plonger dans la mer Égée. J'ai encore le souvenir d'entendre mon amie Isabelle hurler sa joie de se voir flotter dans la mer en raison de sa salinité (mais surtout le souvenir de son vieil amoureux la regarder en souhaitant qu'elle arrête de crier). Je vous l'avais dit, Isa, quand elle tripe, elle tripe fort. Sincèrement, c'est ce qui me plaît le plus d'elle. Je vous laisse sur des images de la plage de galets et de nos instants fabuleux sous le doux soleil de la plage d'Arvanitia. 

Parce qu'il faut bien voir les îles!

La question est : laquelle? Pour notre part, le choix s'est arrêté sur Hydra. Il y a plusieurs îles accessibles par bateau dans le golf Saronique depuis le port d'Hermione. Hydra est, selon le Lonely Planet, une des vingt plus belles choses à voir en Grèce. J'ai eu la chance d'y faire un Facebook live au son des cloches qui sonnent qu'une seule fois à 18 heures. Belle Hydra! Différente, car non carrossable, mais tellement unique! Un bal incessant de navettes qui circulent dans le port pour transporter les clients vers différentes plages autour de l'île. S'y perdre est un plaisir qui nous surprend à chaque coin de rue. S'y attabler en observant les gens, ça, c'est franchement grec! 

Athîo (au revoir)!

En terminant notre séjour d'une semaine sur place, nous avons profité des vignes de la région de Néméa. Nous avons passé un après-midi des plus agréables en compagnie de la relève du Domaine Bairaktaris en dégustant de savoureux vins.Coup de cœur pour le rosé assuré!

​Nous nous étions planifié une journée de congé avant notre départ, mais nous avons été incapables de rester sur place. Nous avons décidé de faire un saut pour voir le canal de Corinthe. Une merveille de construction humaine! Après une semaine intense sur la Grèce continentale, je pense que nous aurions certainement ajouté quelques journées supplémentaires à notre périple. Isabelle et Stéphane sont des gens de famille et je pense que les garçons et le chien ne se pouvaient plus d'attendre après eux à la maison. Comme de bons parents, ils étaient heureux de retrouver les leurs.

À ce sujet, Stéphane est de la pire espèce des pères poules. Il aurait tellement aimé que ses garçons soient avec lui pendant cette semaine-là. J'avais réussi le tour de force de les convaincre de partir en couple avec nous. Il faut avouer que Stéphane savait que deux semaines plus tard, il pourrait avoir du temps avec ses gars sur une plage de la Virginie. Et grâce à lui, ses garçons sauront maintenant que la Grèce ne se résume pas aux fameux toits bleus!

La Grèce continentale a beaucoup à offrir à ceux qui souhaitent s'y attarder. En prenant les routes avec un bon GPS, vous trouverez le long de votre parcours des lieux et des gens étonnants. Les paysages arides et les montagnes sont un véritable cadeau pour les yeux. Un A+ pour la cuisine rustique et savoureuse. Vivement les prochaines soirées grecques à la maison!

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier ou la première à commenter
Ajouter un commentaire
( Requis )
( Requis, mais ne sera pas publié )

Image Captcha